Vie spirituelle

Siroter la vie Nouveauté
Images
Feuilleter

Siroter la vie

André Beauchamp

Description

Il y a de ces femmes et de ces hommes qui, avançant en âge, développent une sagesse et un goût de vivre qui s’avèrent contagieux. Ils ont fait la paix avec leur passé et s’emploient à vivre le moment présent dans la sérénité. Entre poème et méditation, ce recueil livre quelques réflexions d’un de ces « sages » qui, à l’aube de ses 80 ans, n’en finit pas de nous surprendre.

« Mon propos ? écrit André Beauchamp. Célébrer le déclin de la vie, non pas sa déchéance, mais sa lente descente comme on descend une côte après la montée, avec saveur et fierté. Passage du dehors au-dedans quand l’être se recroqueville et perçoit mieux les mystères intérieurs. Les sens s’atrophient, un peu, beaucoup. Le sens s’affine, s’affirme.»

Prêtre catholique du diocèse de Montréal, André Beauchamp a partagé son travail d’écrivain entre la sauvegarde de l’environnement et une réflexion d’avant-garde sur la spiritualité chrétienne dans une société sécularisée. Il est l’auteur de nombreux ouvrages, notamment Pour une sagesse de l’environnement (Novalis, 1992), Gérer le risque, vaincre la peur (Bellarmin, 1996), La Foi à l’heure d’Internet (Fides, 2001), Vivre sa vie comme un chant (Bellarmin, 2010) et Devenir voyage (Fides, 2017).

Propriétés

Information de base

Nombre de pages:
72
Paru le:
2018 / 02 / 07
Éditeur:
Fides

Édition imprimée

Prix:
Prix edition imprimée 14,95 $ CAD
ISBN:
9782762142068

Édition numérique

Prix:
Prix edition numérique 10,99 $ CAD
ISBN ePub:
9782762142082
ISBN PDF:
9782762142075
Pour commander
Il y a de ces femmes et de ces hommes qui, avançant en âge, développent une sagesse et un goût de vivre qui s’avèrent contagieux. Ils ont fait la paix avec leur passé et s’emploient à vivre le moment présent dans la sérénité. Entre poème et méditation, ce recueil livre quelques réflexions d’un de ces « sages » qui, à l’aube de ses 80 ans, n’en finit pas de nous surprendre.

« Mon propos ? écrit André Beauchamp. Célébrer le déclin de la vie, non pas sa déchéance, mais sa lente descente comme on descend une côte après la montée, avec saveur et fierté. Passage du dehors au-dedans quand l’être se recroqueville et perçoit mieux les mystères intérieurs. Les sens s’atrophient, un peu, beaucoup. Le sens s’affine, s’affirme.»